Le Diamant « Le Régent »

Le Régent, connu également sous le nom de “Pitt” ou “Grand Pitt”, est l’un des plus célèbres Joyaux de la Couronne de France. 

La pierre brute fut découverte en 1698 à Golconde, dans les célèbres mines de Kollur, en Inde. Plusieurs légendes sont racontées sur le début du périple du Régent, certaines racontent qu’un esclave l’aurait négocié à un marin en échange de sa liberté/ un passage en bateau. Le marin anglais le tua et aurait vendu la pierre.

Le poids brut de la pierre est estimé à 426 carats soit 85,2 grammes. En 1701, la pierre est achetée par Thomas Pitt, gouverneur anglais de Madras, capitale d’un État dans l’Inde, pour la somme de 20 400 livres sterling. 

C’est de son acquéreur que le diamant tiendrait son nom, Le Pitt. 

Un an plus tard, la pierre est envoyée à Londres afin d’être taillée. Un seul nom est confirmé quant à l’identité du joaillier, Harris. La taille de la pierre brute à sa forme actuelle aurait durée 2 ans. 

Ces 2 années de travail ont donné naissance à un diamant taille brillant coussin de 140,615 carats. 

La taille choisie sublime son éclat, elle permet à la lumière d’avoir une forte intensité et de la brillance. De cette opération, plusieurs pierres secondaires ont été taillées et plus tard, vendues au tsar Pierre le Grand de Russie. Le diamant, alors surnommé le “Grand Pitt”, a traversé les cours d’Europe sans qu’un monarque ne se laisse tenter à cause de son prix. 

Diamant le Régent, sous vitre au musée du Louvre.

C’est en 1717 que le régent Philippe II, Duc d’Orléans, fit l’acquisition du diamant grâce au soutien du Conseil de Régence en place, pour la somme de 135 000 livres sterling. Pour célébrer l’entrée du diamant dans la collection des Joyaux de la Couronne, il fut rebaptisé, “Le Régent ».

Porté pour la première fois par Louis XV en 1721, lors de la réception de l’ambassade de Turquie.

 Le diamant a alors été porté par la monarchie française lors de plusieurs grands évènements.

Il a également été serti dans plusieurs couronnes pour Louis XV en 1722, puis pour Louis XVI en 1775 et il orna le chapeau de Marie-Antoinette.

Après la Révolution française, le diamant fut volé puis retrouvé en 1793, caché dans une charpente à Paris. Entre 1797 et 1801, le Régent servi plusieurs fois de caution pour les dépenses militaires du Directoire et Campagne de Bonaparte. 

Les banquiers de Berlin à Amsterdam détenaient la pierre contre le financement des dépenses nationales. 

C’est au cours de l’année 1801 que Napoléon Bonaparte restitua la propriété du diamant à la France.  Il fit sertir le Régent, sur la garde de l’épée de son sacre conçue par les bijoutiers et orfèvres Odiot, Boutet et Nitot, puis sur son glaive impérial.

Suivant les changements de régime, il fut serti sur les couronnes de Louis XVIII, Charles X et Napoléon III puis sur le diadème grec de l’impératrice Eugénie.En 1887, fraichement née, la République décide de mettre aux enchères les Joyaux de la Couronne mais en raison de son histoire, le Régent fini exposé dans le Musée du Louvre. Au cours de la Seconde Guerre Mondiale, il fut caché au Château de Chambord pour retrouver, plus tard, la place qu’il occupe encore à ce jour dans la Galerie Apollon, au musée du Louvre.

Aujourd’hui, il est toujours considéré comme le plus beau diamant du monde par sa pureté et la qualité de sa taille. 

Si vous avez un intérêt pour la Haute Joaillerie, découvrez nos collections sur le site dvcreationsluxe.fr